Sayat Nova

Sayat Nova

de Serguei Paradjanov

SORTIE EN SALLE
LE 22 avril 2015

Année de production 1969
Pays Arménie
Langue Arménien
Durée 1h19
Visa 142.584
Titre original Sayat Nova
le poète, sa bien-aimée, la nonne, l'Ange, le pantomime Sofiko Chiaureli
le poète enfant Melkon Alekian
le poète moine Vilen Galustian
le poète âgé Georgi Gegechkori
Réalisation Serguei Paradjanov
Scénario Serguei Paradjanov
Photographie Suren Shakhbazian
Prise de son Yuri Sayadyan
Costumes Elena Akhvlediani, Iosif Karalov, Jasmine Sarabian
Direction artistique Stepan Andranikian, Mikhail Arakelian
Montage image Maria Ponomarenko
Musique Tigran Mansurian
Production Armenfilm
Direction de la Production Alexander Melik-Sarkisian
Attaché(e) de presse Florence Alexandre
Distribution Capricci

« Il faut quand même que je dise deux mots de l’histoire de “Sayat Nova”. Sinon, on m’en voudra. “Sayat Nova” raconte donc en quelques tableaux édifiants la vie d’un célèbre poète-troubadour qui s’appelle, justement, Sayat Nova. On le voit d’abord enfant, puis jeune poète à la cour du roi de Géorgie, puis moine retiré dans un couvent. Il meurt lors du sac de Tiflis. Cela se passe en 1795. » Serge Daney

L’AUTEUR

Né de parents arméniens en 1924, Sarkis Yossifovich Paradjanian commence des études d’ingénieur puis de chant et de violon avant d’entrer au VGIK, l’Ecole de cinéma moscovite en 1946. Il en sort diplômé en réalisation sous la direction des réalisateurs ukrainiens Igor Savtchenko et Alexandre Dovjenko et commence à travailler au sein des Studios de Kiev. En 1964, Les Chevaux de feu, son neuvième film, fait scandale car il déconstruit un à un les principes du réalisme socialiste du cinéma soviétique. Malgré la reconnaissance mondiale de Sayat Nova dans les années 70, Paradjanov va rencontrer des difficultés de plus en plus grandes pour pouvoir réaliser un autre film. Après plusieurs années sous surveillance, il est arrêté à Kiev en 1973 et condamné en 1974 à cinq ans d’emprisonnement dans un camp pour ses opinions politiques et son homosexualité. Cette décision est vivement contestée à l’international. Paradjanov reçoit de nombreux soutiens d’amis, d’intellectuels et d’artistes du monde entier. En 1978, il est libéré et autorisé à rentrer à Tbilissi, mais interdit de travail dans les studios de cinéma. En février 1982, il est à nouveau arrêté et emprisonné pendant un an. Ce n’est qu’en 1985 qu’il parvient à réaliser La Légende de la forteresse de Souram. En 1989, il commence le tournage d’un film autobiographique intitulé Confession mais son état de santé force l’interruption du tournage et Paradjanov meurt l’année suivante à Erevan, à l’âge de 66 ans.
Année de production 1969
Pays Arménie
Langue Arménien
Durée 1h19
Visa 142.584
Titre original Sayat Nova
le poète, sa bien-aimée, la nonne, l'Ange, le pantomime Sofiko Chiaureli
le poète enfant Melkon Alekian
le poète moine Vilen Galustian
le poète âgé Georgi Gegechkori
Réalisation Serguei Paradjanov
Scénario Serguei Paradjanov
Photographie Suren Shakhbazian
Prise de son Yuri Sayadyan
Costumes Elena Akhvlediani, Iosif Karalov, Jasmine Sarabian
Direction artistique Stepan Andranikian, Mikhail Arakelian
Montage image Maria Ponomarenko
Musique Tigran Mansurian
Production Armenfilm
Direction de la Production Alexander Melik-Sarkisian
Attaché(e) de presse Florence Alexandre
Distribution Capricci