Jean-Claude Biette, le sens du paradoxe

Jean-Claude Biette, le sens du paradoxe

Pierre Léon

EN LIBRAIRIE

Format 12,2 x 19 cm / 204 pages
Diffusion Harmonia Mundi
ISBN 978 2 918040 72 9
Prix 18.00€

Le premier ouvrage sur Jean-Claude Biette, un des grands oubliés du cinéma français, par le cinéaste et critique Pierre Léon

Cinéaste, critique (aux Cahiers du cinéma puis à Trafic), Jean-Claude Biette a réalisé sept longs métrages, du Théâtre des matières (1977) à Saltimbank (2003). Dans ce livre à la fois érudit et enjoué, Pierre Léon suit, d’un film à l’autre, et pas forcément dans un ordre chronologique, une œuvre sinueuse, toute de réalisme ironique, qui prit fin prématurément avec la mort du cinéaste en 2003, trois mois avant la sortie de Saltimbank. L’œuvre d’un cinéaste piéton et fugueur, d’un poète démocrate attaché à décrire un monde mystérieux, traversé de multiples secrets, grands ou petits, gardés par une armée de comploteurs, d’arpenteurs de labyrinthes où tout devient possible : les rêves comme les désastres.

Extrait du livre : « Faudrait-il défendre Jean-Claude Biette, cinéaste, qui, par principe, se défend très bien tout seul ? Le problème, c’est que si on énonce, par exemple, que Jean-Claude Biette est 1) un grand cinéaste, ou bien 2) le plus original des cinéastes de sa génération, ou bien 3) le plus grand cinéaste moderne avec Fassbinder, ou bien, etc., les gens exigeront des preuves, et que de preuves, il n’y en a guère. Après tout, faire des films n’est pas un crime, même si on les prémédite. Ou alors, cette preuve, c’est leur “evidence”, pour emprunter le mot à la langue anglaise. »

L’AUTEUR

Pierre Léon est né le 11 novembre 1959, à Moscou. En France, il étudie les lettres et le cinéma. Un temps critique musical à Libération, il y rencontre Louis Skorecki et Serge Daney. À partir de 1988, il tourne régulièrement des films autoproduits, jusqu’à ce que le festival de Locarno montre Octobre en 2006. Il y reviendra avec Guillaume et les Sortilèges, en 2007, et L’Idiot, avec Jeanne Balibar, Laurent Lacotte et Sylvie Testud en 2008. En 2011 il signe, toujours avec Jeanne Balibar, Par exemple, Électre. Parallèlement à son activité de cinéaste, il écrit dans la revue Trafic. Pierre Léon a rencontré Jean-Claude Biette en 1980 et joué dans deux de ses films. Après sa mort, il réalise un documentaire dans lequel il tente de brosser le portrait de l’ami disparu.
Format 12,2 x 19 cm / 204 pages
Diffusion Harmonia Mundi
ISBN 978 2 918040 72 9
Prix 8,9918,00 TTC