La Rue de la honte

La Rue de la honte

de Kenji Mizoguchi

SORTIE EN SALLE
LE 31 juillet 2019

Année de production 1956
Pays Japon
Langue Japonais
Durée 1h27
Visa 19.673
Titre original Akasen chitai
Mickey Machiko Kyō
Yumeko Aiko Mimasu
Yasumi Ayako Wakao
Hanae Michiyo Kogure
Otane Kumeko Urabe
Réalisation Kenji Mizoguchi
Scénario Masashige Nabusawa, d'après le roman de Yoshijo Shibaki
Photographie Kazuo Miyagawa
Costumes Tsugio Togo
Décors Kiichi Ishizaki
Direction artistique Hiroshi Mizutani
Montage image Kanji Sugawara
Musique Toshirō Mayuzumi
Producteur Masaichi Nagata
Production Daiei
Distribution Capricci
Programmation Les Bookmakers

VERSION RESTAURÉE 4K
Mostra de Venise 1956 – Compétition

Dans une maison de tolérance du quartier des plaisirs de Tokyo, cinq femmes se vendent aux passants alors qu’une loi limitant la prostitution est sur le point d’être votée. Chacune rêve d’échapper à sa condition et de connaître une vie meilleure.

L’AUTEUR

Kenji Mizoguchi est né le 16 mai 1898 à Ushima, sous-quartier de Hongo, un des plus vieux arrondissements de Tokyo. Il grandit dans un milieu très pauvre en bordure de la rivière Sumida dans le quartier miséreux d’Asakusa, où se mélangent chiffonniers, théâtres populaires, terrains vagues, petits trafics et prostituées. Il a une sœur de 7 ans son aînée et un frère de 7 ans son puîné. À l’école, c’est un élève très moyen. Sitôt l’école primaire terminée, rêvant d’une carrière de peintre, il entre comme apprenti chez un dessinateur de kimonos d’été. En 1915, suite au décès de sa mère, Mizoguchi et son petit frère sont recueillis par la grande sœur. À l’âge de 19 ans, il quitte Tokyo pour rejoindre le journal de Kobe comme dessinateur d’annonces publicitaires, puis rédacteur de faits divers. En août 1918, alors qu’éclatent un peu partout au Japon les « émeutes du riz », un révolte de miséreux affamés sur lesquels la police n’hésite pas à tirer, Mizoguchi s’engage dans un mouvement d’entraide sociale, ce qui lui vaudra d’être arrêté, battu et emprisonné. À la fin de la Première guerre mondiale, il quitte Kobe sans préavis et repart à Tokyo. Son père, devenu chômeur, a été contraint de vendre sa sœur à une autre famille. Mizoguchi ne trouve pas d’emploi, il mène une vie de vagabond. Il fait alors la rencontre d’un petit acteur qui le met en contact avec un jeune metteur en scène travaillant pour la Nikkatsu. Mizoguchi est ainsi recommandé au studio et, en mai 1921, il est embauché et commence sa carrière dans le monde du cinéma en tant qu’assistant-metteur-en-scène.
Année de production 1956
Pays Japon
Langue Japonais
Durée 1h27
Visa 19.673
Titre original Akasen chitai
Mickey Machiko Kyō
Yumeko Aiko Mimasu
Yasumi Ayako Wakao
Hanae Michiyo Kogure
Otane Kumeko Urabe
Réalisation Kenji Mizoguchi
Scénario Masashige Nabusawa, d'après le roman de Yoshijo Shibaki
Photographie Kazuo Miyagawa
Costumes Tsugio Togo
Décors Kiichi Ishizaki
Direction artistique Hiroshi Mizutani
Montage image Kanji Sugawara
Musique Toshirō Mayuzumi
Producteur Masaichi Nagata
Production Daiei
Distribution Capricci
Programmation Les Bookmakers